Base de données musicale

Musicien

Franz Ignaz Beck

Date de naissance 20.2.1734 à Mannheim, Baden-Württemberg, Allemagne

Date de décès 31.12.1809 à Bordeaux, Aquitaine, France

Franz Beck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Franz Ignaz Beck (Mannheim, 20 février 1734 - Bordeaux, 31 décembre 1809) est un compositeur allemand ayant œuvré principalement en France.

Biographie

Son éducation musicale et violonistique se fait probablement sous l'autorité de son père, hautboïste, puis Franz Beck est l'élève de Johann Stamitz après l'installation de ce dernier à Mannheim.

À la suite d'un duel, qu'il pense à tort s'être achevé par la mort de son opposant, il s'éloigne de son pays d'origine. Il réside à Venise plusieurs années et y étudie vraisemblablement la composition avec Baldassare Galuppi, puis se rend à Naples.

Dès la fin des années 1750, ses symphonies sont éditées à Paris chez La Chevardière et Venier, en quatre séries de six ; l’une d’entre elles est jouée en 1757 au Concert Spirituel. Il arrive en France vers 1760, à Marseille, où un document le désigne comme étant le chef d'orchestre du Grand Théâtre. Ses œuvres y sont données pendant la saison 1760–1761.

Il s'installe ensuite à Bordeaux vers 1763. À la demande du Maréchal de Richelieu, alors gouverneur de Guyenne en 1765, il se voit confier l’orchestre de l’Opéra des Fossés de l’Intendance avant de triompher au Grand-Théâtre de Bordeaux. Il exerce la même fonction jusqu'à sa mort en 1809. En octobre 1774, il a aussi fonction d’organiste à Saint-Seurin, où ses improvisations sont très admirées.

En 1803, il est correspondant en composition pour l’Institut.

Il eut pour élèves Pierre Gaveaux, J. Feyzeau, Nicolas-Charles Bochsa et le violoniste Henri-Louis Blanchard[1].

Œuvres

L'œuvre de Franz Beck est dans la filiation de l'école de Mannheim. Ses compositions vont du Stabat Mater à vingt-quatre symphonies, représentatives de la période pré-classique, en passant par trois opéras et quelques autres compositions.

L'œuvre de Beck a été catalogué par Anneliese Callen.

Orchestre

  • Six Symphonies, op. 1 (Callen 1-6 ; pub. Paris 1758)[2]
  • Six Symphonies, op. 2 (Callen 7-12 ; chez La Chevardière, Paris 1760)[3]
  • Six Symphonies, op. 3 (Callen 13-18 ; chez Venier, Paris 1762)[4]
  • Six Symphonies, op. 4 (Callen 19-24 ; pub. Paris 1766)
  • Symphonies, op. 10 (1760)
  • Symphonies, op. 13 (1762)
  • Ouverture La mort d'Orphée
  • Ouverture L'île déserte
  • Ouverture Athalie[5]
  • Quatuors orchestraux

Vocale

  • La belle jardinière, opéra (Bordeaux, 24 août 1767)
  • Pandora, mélodrame (Paris, 2 juillet 1789)
  • L’Isle déserte, opéra (1779, non représenté)
  • Stabat Mater (1782, Paris 1783)
  • Hymne à l’être suprême (1794)

Clavier

  • Plusieurs sonates pour clavecin (pub. La Chevardière c. 1773–75)

Discographie

  • Six Symphonies, op. 1 (Callen 1-6) - New Zealand Chamber Orchestra, dir. Donald Armstrong (13 –15 août 2001, Naxos 8.554071)
  • Six Symphonies, op. 2 (Callen 7-12) - Thirteen Strings Chamber Orchestra, dir. Kevin Mallon (16 –18 juin 2014, Naxos 8.573323)
  • Quatre Symphonies op. 3, nos 1-4 (Callen 13-16) - Toronto Chamber Orchestra, dir. Kevin Mallon (27–30 août 2007, Naxos 8.570799)
  • Trois Symphonies, op. 4 nos 1-3 (Callen 19-21) & Symphonie, op. 3, no 6 (Callen 18) - Czech Philharmonic Chamber Orchestra Pardubice, Dir, Marek Stilec (27 août – 06 septembre 2013, Naxos 8.573248)
  • Trois Symphonies, op. 4 nos 4-6 (Callen 22-24) & Symphonie, op. 3, no 5 (Callen 17) - Czech Philharmonic Chamber Orchestra Pardubice, Dir, Marek Stilec (27 août–06 septembre 2013, Naxos 8.573249)
  • Cinq Symphonies (Callen 25, 30, 34, 35, 36) - Northern Chamber Orchestra, dir. Nicholas Ward (15 –16 janvier 1996, Naxos 8.553790)
  • Six Symphonies, op. 3, nos 1, 2, 6° et 3–5* - La Stagione Frankfurt, dir. Michael Schneider (24 septembre/5 octobre 1995* / 18–21 juillet 2003°, 2CD CPO)
  • Symphonies, op. 4 nos 1, 2 et 3, Ouverture L’Isle Déserte, par La Stagione Frankfurt, dir. Michael Schneider (18–20 octobre 2005, CPO 777 033-2)

Éditions

Bibliographie

  • Alain Ruiz, Franz Beck, un musicien des Lumières, Pessac, Centre interdisciplinaire bordelais d'étude des Lumières, coll. « Lumières (Centre interdisciplinaire bordelais d'étude des Lumières) » (no 2), 2004, 167 p. (ISBN 2867813379, OCLC 55737310, lire en ligne)

Notes et références

  1. Frédéric Castello, Notice de discographie chez Naxos 1996.
  2. Opus 1 disponible sur Gallica
  3. Opus 2 disponible sur Gallica
  4. Opus 3 disponible sur Gallica
  5. Toulouse, BM., M.1639 : Athalie sur bibliotheque.toulouse.fr

Liens externes

Dernière modification de cette page 11.12.2017 13:11:01

Récupérée de Franz Beck de l'encyclopédie libre Wikipedia. Tous les textes sont disponibles sous les termes de la Licence de documentation libre GNU.