Francis Jammes

Date de naissance 2.12.1868 à Tournay, Hautes-Pyrénées, Midi-Pyrénées, France

Date de décès 1.11.1938 à Hasparren, Aquitaine, France

Francis Jammes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Francis Jammes
Genre Poésie
Roman
Théâtre
Conte

Francis Jammes (prononcer [jam] et non [djèms]), né à Tournay (Hautes-Pyrénées) le 2 décembre 1868 et décédé à Hasparren (Basses-Pyrénées, aujourd'hui Pyrénées-Atlantiques) le 1er novembre 1938, est un poète, romancier, dramaturge et critique français. Il passa la majeure partie de son existence dans le Béarn et le Pays basque, principales sources de son inspiration.

Biographie

Fils de Victor Jammes (1831-1888) et d'Anna Bellot (1841-1934), Francis Jammes fait de médiocres études au lycée de Pau, puis à Bordeaux. En 1886, il découvre Baudelaire. Après son échec au baccalauréat (avec un zéro en français) et en pleine quête de lui-même, il écrit des poèmes et les adresse à diverses revues. Sa mère à plusieurs reprises les fait imprimer à compte d'auteur à Orthez où le poète habite alors avec elle. En 1889, il fait un stage sans lendemain comme clerc d'avoué chez un des notaires de sa ville. Ses essais poétiques sont remarqués notamment par Mallarmé et Gide. En 1895, il s'oriente définitivement vers la poésie. Son principal éditeur est et restera longtemps Le Mercure de France. En 1896, il voyage avec Gide en Algérie. Il lance en 1897 avec « Le jammisme » un vrai-faux manifeste littéraire qui le propulse à l'avant-scène de l'actualité.

En 1898, il publie son premier vrai recueil poétique (son meilleur selon certains), De l'Angélus de l'aube à l'Angélus du soir, et rencontre le poète Charles Guérin, qui viendra le visiter à Orthez et écrit pour lui plusieurs poèmes (« Ô Jammes, ta maison ressemble à ton visage...»). Il rencontre aussi Claudel en 1900 et publie l'année suivante Le Deuil des Primevères. À trente-cinq ans, il vit très mal l'échec d'une histoire d'amour qui lui inspire le groupe de poèmes intitulé Tristesses (publié en 1906 dans son recueil Clairières dans le ciel). En 1905, se situe sa "conversion" au catholicisme (en fait, son retour à une pratique religieuse) : à Labastide-Clairence, le 7 juillet, Claudel, de retour de Chine, sert la messe qui marque l'événement. Sa poésie devient plus religieuse et dogmatique. Début octobre 1907, à 39 ans, il se fiance (à Lourdes) et épouse (à Bucy-le-Long, près de Soissons, dans l'Aisne) une fervente admiratrice avec laquelle il a correspondu pendant quelques semaines, Geneviève Goedorp. Le poète séjournera volontiers dans l'Aisne dans les années qui ont suivi son mariage. Le couple aura sept enfants[1], l'aînée, Bernadette (par référence à sainte Bernadette et Lourdes), le quatrième, Paul, à cause de Claudel. En 1912 paraissent les Géorgiques chrétiennes. Jusqu'à sa mort, sa production poétique mais aussi romanesque et dramatique demeurera importante, mais sans retrouver son public d'avant sa « conversion ».

Il meurt à Hasparren à la Toussaint (1 novembre 1938).

Au regard des cénacles parisiens, Francis Jammes est toujours resté un provincial un peu solitaire, vivant retiré dans ses montagnes pyrénéennes mais il tisse de nombreuses correspondances avec ses contemporains tels que Gide ou Arthur Fontaine. En fait, il a fait de multiples séjours à Paris, a enchanté certains salons littéraires (comme celui de Mme Léon Daudet, il y a enchanté Marcel Proust), il rencontra l'abbé Arthur Mugnier; sa pièce La Brebis égarée, qu'avait failli monter Lugné-Poe, a inspiré à Darius Milhaud un opéra qui a été créé en présence du poète. Il a plusieurs fois été invité en Belgique.

Il posa plusieurs fois, mais en vain, sa candidature à l'Académie française.

En France, on ne connaît au mieux de Jammes que ses premières uvres, les plus libres et sensuelles.

À l'étranger, et spécialement en Allemagne, Autriche et Suisse alémanique, ainsi qu'au Japon, en Chine, en Lettonie, en Espagne et aux Etats-Unis, son uvre, toute son uvre, est encore aujourd'hui très vivante. Elle a enchanté Rainer Maria Rilke (qui en témoigne aux premières pages des Cahiers de Malte Laurids Brigge), Ernst Stadler (qui a traduit ses Quatorze prières), l'éditeur Kurt Wolff (qui a publié une magnifique édition illustrée de son Roman du lièvre (Hasenroman), Kafka (qui dans son Journal avoue le bonheur éprouvé à la lecture de Jammes) et beaucoup d'autres. Toute son uvre en prose ou presque a été traduite et publiée par Jakob Hegner, de Leipzig.

Lili Boulanger a mis en musique son recueil Clairières dans le ciel, Claude Arrieu « Ah ! Quand verrai-je des îles », Marc Berthomieu « La salle à manger » et Georges Brassens un choix de strophes du poème « Rosaire » sous le titre « La Prière ».

Références

  1. Dont Sur Marie-Maïtena, décédée le 8 mars 2012 (cf. carnet du "Figaro Week End" des 10 § 11 mars 2012).

J'aime l'âne

Jaime lâne si doux
marchant le long des houx.
Il prend garde aux abeilles
et bouge ses oreilles ;
et il porte les pauvres
et des sacs remplis dorge.
Il va, près des fossés,
dun petit pas cassé.
Mon amie le croit bête
parce quil est poète.
Il réfléchit toujours.
Ses yeux sont en velours.
Jeune fille au doux cur,
tu nas pas sa douceur [...]

On remarque dans cet extrait les thèmes préférés du poète (jeunes filles, ânes, humilité) et des caractéristiques de sa prosodie : assonances (pauvre/orge), liberté avec les règles classiques de la versification (Mon amie le croit bête).

uvres

  • Six Sonnets, Orthez, Typographie J. Goude, Dumesnil, 1891 (7 pages)
  • Vers, Orthez, Typographie J. Goude, Dumesnil, 1892 (18 pages)
  • Vers, Orthez, Typographie J. Goude, Dumesnil, 1893 (35 pages)
  • Vers, Paris, Ollendorff, 1894 (34 poèmes dont quinze inédits).
  • Un jour, Paris, Mercure de France, 1895 (poème dialogué et quinze poèmes inédits)
  • Notes sur des oasis et sur Alger, Paris, Mercure de France, 1896
  • La Naissance du Poète, Bruxelles, Le Coq Rouge, 1897 (poème dialogué)
  • Le Jammisme, 1897 (manifeste)
  • La Mort du Poète, 1897
  • Quatorze prières, Orthez, Imprimerie Faget, 1898
  • De l'Angélus de l'aube à l'Angélus du soir, Paris, Mercure de France, 1898 (poésie)
  • La Jeune Fille nue, Paris, L'Ermitage, 1899 (poème dialogué)
  • Le Poète et l'oiseau, Paris, L'Ermitage, 1899 (poème dialogué)
  • Clara d'Ellebeuse ou l'histoire d'une ancienne jeune fille, Paris, Mercure de France, 1899 (roman)
  • Almaïde d'Étremont ou l'histoire d'une jeune fille passionnée, Paris, Mercure de France, 1900 (roman)
  • Existences, Paris, Mercure de France, 1900
  • Le Deuil des primevères, Paris, Mercure de France, 1901 (poésie)
  • Le Triomphe de la vie, 1902 (prose)
  • Jean de Noarrieu, 1902 (roman en vers)
  • Le Roman du lièvre, Paris, Mercure de France, 1903 (roman)
  • Pomme d'Anis ou l'histoire d'une jeune fille infirme, 1904 (roman)
  • Jonquille ou l'histoire d'une folle, 1904 (non publié, roman inachevé)
  • Tristesses, poésie, Orthez, Imprimerie Faget, 1905
  • Pensée des jardins, Paris, Mercure de France, 1906 (prose et vers)
  • Clairières dans le ciel (contient L'Église habillée de feuilles), Paris, Mercure de France, 1906 (poésie)
  • Rayons de miel, Paris, Bibliothèque de l'Occident, 1908 (poésie)
  • Poèmes mesurés, Paris, Mercure de France, 1908
  • Ma fille Bernadette, Paris, Mercure de France, 1910 (prose poétique)
  • Les Géorgiques chrétiennes, chants I et II, Paris, Mercure de France, 1911
  • Les Géorgiques chrétiennes, chants III et IV, Paris, Mercure de France, 1911
  • Les Géorgiques chrétiennes, chants V, VI et VII, Paris, Mercure de France, 1912
  • Feuilles dans le vent (contient notamment La Brebis égarée, théâtre), Paris, Mercure de France, 1913 (prose et poésie)
  • Cinq prières pour le temps de la guerre, Paris, Librairie de l'Art Catholique, 1916
  • Le Rosaire au soleil, Paris, Mercure de France, 1916 (roman)
  • Monsieur le curé d'Ozeron, Paris, Mercure de France, 1918 (roman)
  • La Vierge et les sonnets, Paris, Mercure de France, 1919 (poésie)
  • La Rose à Marie, avec des bois gravés d'André Deslignières Paris, Edouard Joseph, 1919
  • Une vierge, avec des bois dessinés par Gayac, Paris, Édouard Joseph, 1919 (conte)
  • Le Noël de mes enfants, avec des bois gravés d'Auguste Roubille, Paris, Édouard Joseph, 1919 (conte)
  • Le Poète Rustique, suivi de L'Almanach du Poète Rustique, Paris, Mercure de France, 1920 (prose)
  • Épitaphes, Paris, Librairie de l'Art Catholique, 1921 (poésie)
  • Le Bon Dieu chez les enfants, Paris, Plon-Nourrit, 1921 (prose)
  • Le Livre de Saint Joseph, Paris, Plon-Nourrit, 1921 (prose)
  • De l'âge divin à l'âge ingrat, 1er volume des mémoires, Paris, Plon-Nourrit, 1921 (prose)
  • Le Tombeau de Jean de la Fontaine, Paris, Mercure de France, 1921 (poésie)
  • L'Amour, les muses et la chasse, 2e volume des mémoires, Paris, Plon-Nourrit, 1922 (prose)
  • Le Poète et l'inspiration, avec des eaux-fortes et gravures d'Armand Coussens, Nîmes, A. Gomès, 1922 (prose)
  • Le Premier Livre des quatrains, Paris, Mercure de France, 1923 (poésie)
  • Le Deuxième Livre des quatrains, Paris, Mercure de France, 1923 (poésie)
  • Les Caprices du Poète, 3e volume des mémoires, Paris, Plon-Nourrit, 1923 (prose)
  • Cloches pour deux mariages, Le Mariage basque, Le Mariage de raison, Paris, Mercure de France, 1923 (nouvelles)
  • Le Troisième Livre des quatrains, Paris, Mercure de France, 1924 (poésie)
  • Brindilles pour rallumer la foi, Paris, Spes, 1925 (prose)
  • Le Quatrième Livre des quatrains, Paris, Mercure de France, 1925 (poésie)
  • Les Robinsons Basques, Paris, Mercure de France, 1925 (roman)
  • Ma France poétique, Paris, Mercure de France, 1926 (poésie)
  • Trente-six femmes, psychologie féminine, Paris, Mercure de France, 1926 (prose)
  • Basses-Pyrénées, histoires naturelles et poétiques, Paris, Émile-Paul, 1926 (prose)
  • Lavigerie, Paris, Flammarion, 1927 (biographie)
  • Le Rêve franciscain, suivi de Petites fleurs de Saint-François d'Assise, Paris, Crès, 1927 (vers et prose)
  • Ouverture du Printemps, 1927 (poésie)
  • Diane, Paris, L'Ermitage, 1928 (drame en trois actes)
  • La Divine Douleur, Paris, Bloud et Gay, 1928 (nouvelles)
  • Janot-Poète, Paris, Mercure de France, 1928 (roman)
  • Les Nuits qui me chantent, Paris, Flammarion, 1928 (poésie)
  • Îles, Lausanne, Mermod, 1928 (prose)
  • La Vie de Guy de Fontgalland, Paris-Lyon, Vielle, 1929 (biographie)
  • Champêtreries et méditations, Paris, Horizons de France, 1930 (prose)
  • Leçons poétiques, Paris, Mercure de France, 1930 (critique)
  • L'Arc-en-ciel des amours, Paris, Bloud et Gay, 1931 (prose)
  • L'École buissonnière, ou Cours libre de proses choisies, Paris, Mercure de France, 1931
  • L'Antigyde ou Élie de Nacre, Paris, Mercure de France, 1932 (roman)
  • Pipe Chien (roman), suivi de Le Rêve franciscain, Îles, 1933 (prose)
  • La Pharmacie du Bon Samaritain, Paris, Les uvres représentatives, 1934 (prose)
  • Le Crucifix du poète, Paris, Maurice d'Hartoy, 1935 (prose)
  • Alouette, Paris, Gallimard, 1935 (poésie)
  • De tout temps à jamais, Paris, Gallimard, N.R.F., 1935 (poésie)
  • Dieu, l'âme et le sentiment, Paris, Gallimard, 1936 (prose)
  • Le Pèlerin de Lourdes, Paris, Gallimard, 1936 (prose)
  • Sources, Paris, Le Divan, 1936 (poésie)
  • La Légende de l'aile ou Marie-Élisabeth, Uzès, La Cigale, 1938 (roman)

Publications posthumes

  • Dialogue Stéphane Mallarmé - Francis Jammes, introduction et notes de G. Jean-Aubry, La Haye, Stols, 1940 (correspondance)
  • Dix poèmes, préface de Pierre Espil)
  • Saint Louis, avec des dessins en noir et blanc d'Edmond Ernest, Paris, Sorlot, 1941 (récit historique)
  • Variations dans un air français, Paris, Mercure de France, 1942 (prose)
  • Deux femmes (Mamore, Simone), Paris, Daragnès, 1943 (prose)
  • Élégies et poésies diverses, 1943
  • Rappel de la ville de Bordeaux, Bordeaux, Rousseaux frères, 1943 (prose)
  • Sources et feux, Paris, Mercure de France, 1944 (poésie)
  • Solitude peuplée, Fribourg, Egloff, 1945 (prose)
  • La Grâce, 1946
  • Prends nos vieux souvenirs, poésie, Paris, L'Ancre d'Or, 1948
  • Le Patriarche et son troupeau, préface de Mme Francis Jammes, 4e volume des mémoires (contient notamment Airs du mois), Paris, Mercure de France, 1949 (prose)
  • Le Poème d'ironie et d'amour, Paris, La Librairie universelle, 1950 (poésie)

Correspondance

  • avec Stéphane Mallarmé, Dialogues (1893-1897), G. Jean Aubry (éd.), La Haye, A. A. M. Stols, 1940 (1943). Ouvrage publié clandestinement pendant l'occupation allemande.
  • avec Colette, Une amitié inattendue, Robert Mallet (éd.), Paris, Émile-Paul, 1945.
  • avec Albert Samain, Une amitié lyrique, Jules Mouquet (éd.), Paris, Émile-Paul frères, 1945.
  • avec André Gide (1893-1938), Robert Mallet (éd.), Paris,) Gallimard, 1948.
  • avec Paul Claudel, Gabriel Frizeau. (1897-1938), avec des lettres de Jacques Rivière, André Blanchet (éd.), Paris, Gallimard, 1952.
  • avec Arthur Fontaine (1898-1930), Jean Labbé (éd.), Paris, Gallimard, 1959.
  • avec Francis Viélé-Griffin (1893-1937), Reinhard Kuhn (éd.), Genève, Droz, 1966.
  • avec Thomas Braun (1898-1937), Daniel Laroche (éd.), Benoît Braun (introd.), Bruxelles, Palais des académies, 1972.
  • avec Henri Ghéon, Jean Tipy (éd.), Pau, J.& D., 1988.
  • avec Ginette Goedorp [future Mme Francis Jammes] (1907) in Le Mariage providentiel de Francis Jammes, Louis Férin et Claude Thiébaut (éd.), Biarritz : Atlantica, 1997.
  • avec Gabriel Frizeau, (1897-1937), Victor Martin-Schmets (éd.), Biarritz, Atlantica, 1997.
Lettres éparses
  • Deux lettres de Francis Jammes in Paul Claudel, André Gide. Correspondance (1899-1926), Robert Mallet (éd.), Paris, Gallimard, 1949.

Liens externes

Modèle:Autorité

  • Site de l'Association Francis Jammes, Orthez.
Dernière modification de cette page 24.01.2014 08:58:24

Récupérée de Francis Jammes de l'encyclopédie libre Wikipedia. Tous les textes sont disponibles sous les termes de la Licence de documentation libre GNU.