Tanya Stephens

Date de naissance 2.7.1973 à Kingston, Jamaïque

Links www.myspace.com (Anglais)

Tanya Stephens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tanya Stephens
Tanya Stephens - Ilosaarirock 2012.jpg
Genre(s) dancehall reggae
Années actives depuis 1994
Label(s) VP Records

Tanya Stephens est une chanteuse jamaïcaine née le juillet 1973 2 (2-juillet-1973) (Erreur dexpression : mot « juillet » non reconnu ans) dans la paroisse de Saint Mary. Selon les sources, son nom de naissance est Vivienne Stephenson ou Vivienne Tanya Stephens[1],[2].

Biographie

Carrière musicale

Tanya Stephens atteint une reconnaissance nationale en 1996 avec le titre Yuh Nuh Ready fi Dis Yet. Elle apparaît sur l'album Journey de Garnett Silk, sorti en 1998[1]. Après avoir vécu en Suède, elle retourne en Jamaïque en 2004. Son album Gangsta Blues et des singles comme Boom Wuk et It's a Pity la font connaître à l'étranger[3],[4]. Son album suivant, Rebelution, sort en 2006 et atteint la Modèle:10e place du Top Reggae Albums établi par le magazine américain Billboard[5].

Autres activités

La chanteuse a recours à l'enseignement à distance pour étudier la gestion (business management) à l'université de Sunderland au Royaume-Uni. En 2007, elle obtient une bourse d'étude (scholarship)[6].

Style musical et paroles

À ses débuts, Tanya Stephens se fait connaître par ses paroles salaces[2]. Par la suite, ses chansons critiquent notamment l'homophobie, que la chanteuse apparente à une forme de racisme. Elle regrette son omniprésence dans la musique jamaïcaine et estime que cela porte atteinte à tout le mouvement dancehall[3],[7].

Discographie

Albums

  • 1994 : Big Things a Gwaan (Runn)
  • 1997 : Too Hype (VP Records)
  • 1998 : Ruff Rider (VP Records)
  • 2001 : Sintoxicated (Warner)
  • 2004 : Gangsta Blues (Tarantula / VP Records)
  • 2006 : Rebelution (Tarantula / VP Records)
  • 2010 : Infallible (Tarantula)

Références

  1. 1,0 et 1,1 Greg Prato, « Biographie de Tanya Stephens », Allmusic
  2. 2,0 et 2,1 Ann-Margaret Lim, « All woman: Tanya Stephens », 3 mai 2004, The Jamaica Observer (en)
  3. 3,0 et 3,1 Patrice Elizabeth Grell Yursik, « Viva la Rebelution! », 7 février 2007, Miami New Times (en)
  4. Elena Oumano, « Mighty-Mite Rude-Bwoy Gal Explodes Gender Boundaries », 20 avril 2004, The Village Voice
  5. Tanya Stephens - Awards, Allmusic
  6. Krista Henry, « Deejays go for degrees », 9 septembre 2007, Jamaica Gleaner (en)
  7. H. C., « Newsmaker: Tanya Stephens - Dancehall evolution sparks 'Rebelution' », 26 septembre 2006, Jamaica Gleaner (en)
Dernière modification de cette page 31.07.2013 10:42:10

Récupérée de Tanya Stephens de l'encyclopédie libre Wikipedia. Tous les textes sont disponibles sous les termes de la Licence de documentation libre GNU.