Ferruccio Busoni

Ferruccio Busoni

Date de naissance 1.4.1866 à Empoli, Toscana, Italie

Date de décès 27.7.1924 à Berlin, Berlin, Allemagne

Ferruccio Busoni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dante Michelangelo Benvenuto Ferruccio Busoni, né le 1er avril 1866 à Empoli en Italie et mort le 27 juillet 1924 à Berlin en Allemagne, est un compositeur, pianiste, professeur et chef d'orchestre italien[1].

Biographie

Busoni est le fils de deux musiciens professionnels : sa mère est une pianiste italo-allemande et son père un clarinettiste italien. Durant l'enfance de Ferruccio à Trieste, ils sont régulièrement amenés à se produire lors de tournées.

Busoni est un enfant prodige. Il donne son premier concert public, accompagné de ses parents, à l'âge de sept ans. Quelques années plus tard, il interprète certaines de ses propres compositions à Vienne où il a l'occasion d'entendre Franz Liszt jouer et de rencontrer outre ce dernier, Johannes Brahms et Anton Rubinstein[2].

Après une brève période d'études à Graz, il part en 1886 pour Leipzig. Il obtient ensuite plusieurs postes d'enseignement, le premier en 1888 à Helsinki où il fait la connaissance de sa future femme, Gerda Sjöstrand. En 1890, il enseigne à Moscou et de 1891 à 1894 aux États-Unis où il se produit également comme pianiste virtuose.

En 1894 il s'installe à Berlin où il donne des concerts à la fois comme pianiste et comme chef d'orchestre. Il se distingue particulièrement en tant que promoteur de la musique contemporaine et poursuit par ailleurs son travail d'enseignement en donnant un grand nombre de cours magistraux à Weimar, Vienne et Bâle[3]. Il enseigne notamment à Claudio Arrau et Egon Petri.

Il pratiqua la musique de chambre avec Eugène Ysaÿe et Hugo Becker. Ensemble ils se constituèrent en trio avec piano.

Pendant la Première Guerre mondiale, Busoni vit à Bologne, où il assure la direction du conservatoire, puis à Zurich. Il refuse de se produire dans un quelconque pays belligérant. Il retourne à Berlin le 4 avril 1920 pour y enseigner la composition. Plusieurs de ses étudiants deviendront célèbres par la suite, entre autres Kurt Weill, Edgar Varèse et Stefan Wolpe.

Busoni s'éteint à l'âge de 58 ans à Berlin, emporté par une maladie des reins. Il est enterré au Städtischen Friedhof III, Berlin-Schöneberg, Stubenrauchstraße 43-45. Une plaque commémorative lui est dédiée et se trouve sur la façade de sa dernière résidence à Berlin-Schöneberg, Viktoria-Luise-Platz 11. Il laisse quelques enregistrements ainsi qu'une série de rouleaux pour piano mécanique[4],[5].

La musique de Busoni

La musique de Busoni est d'une complexité typiquement contrapuntique, autrement dit, elle est faite de plusieurs lignes mélodiques entremêlées, ce qui n'a rien de surprenant de la part d'un compositeur qui avait la plus grande admiration pour Johann Sebastian Bach. Bien que sa musique ne soit jamais tout à fait atonale dans le sens schönbergien du terme, ses œuvres tardives se distinguent souvent par une tonalité indéterminée, comme celles d'un Franz Liszt tardif. Dans les notes de programme pour sa Sonatina seconda de 1912, Busoni décrit sa pièce comme étant « senza tonalità » (sans tonalité). Johann Sebastian Bach et Franz Liszt sont régulièrement cités comme ayant eu une influence décisive sur le compositeur italien, bien que sa musique contienne des éléments de néoclassicisme et inclue des mélodies rappellant celles de Mozart. Il a écrit de nombreuses pièces pour piano[6],[7].

Certaines des idées développées par Busoni dans ses œuvres de maturité peuvent être abordées dans son manifeste de 1907, Esquisse d'une nouvelle esthétique de la musique, un ouvrage controversé à l'époque de sa publication. Busoni y discute des domaines peu explorés comme la musique électroacoustique et la musique microtonale (des techniques qu'il n'utilisa jamais lui-même), mais il y affirme également que la musique doit distiller l'essence de la musique du passé pour prétendre amener quelque chose de nouveau[8].

De nombreuses œuvres de Busoni sont fondées sur la musique du passé, en particulier celle de Johann Sebastian Bach. Il a arrangé pour piano plusieurs œuvres de Bach, entre autres sa Toccata et Fugue en ré mineur (écrite à l'origine pour orgue) ainsi que la chaconne de la partita en ré mineur pour violon. Certains le considèrent dès lors comme étant à l'origine du néoclassicisme en musique[9],[10].

Parmi les œuvres majeures de Busoni, il faut écouter le Concerto pour piano, chœur d'hommes et orchestre, op. 39, œuvre monumentale en cinq mouvements, dont le dernier avec un chœur chantant en allemand, sans doute le plus long concerto du répertoire pour piano (plus d'une heure), son opéra Turandot dont la quatrième élégie reprend le thème de Greensleeves et son chef-d'œuvre l'opéra Doktor Faust, qui est en quelque sorte son testament musical, malheureusement inachevé et créé, de manière posthume, à Dresde, en 1925 dans une version due à l'un de ses élèves, Philipp Jarnach, sous la direction de Fritz Busch.

Dans les années 1980, il y eut un regain d'intérêt pour ses compositions.

Divers

Un concours de piano portant son nom est organisé annuellement dans la ville de Bolzano dans le nord de l'Italie.

Écrits

Schoenberg - Busoni, Schoenberg - Kandinsky, correspondances, textes. Éditions Contrechamps, Genève, 1995.

Esquisse d'une nouvelle esthétique musicale et autres écrits, préface de Pierre Michel, traduits de l'allemand par Martin Kaltenecker, Daniel Dollé et Paul Masotta, Paris, Minerve, 2018

Bibliographie

  • Paul-Gilbert Langevin, Ferruccio Busoni et son œuvre symphonique, Scherzo, 1974. lire en ligne
  • Paul-Gilbert Langevin, Musiciens d'Europe, la Revue Musicale, Editions Richard Masse, Paris, 1986.
  • (en) Roberge (Marc-André), Ferruccio Busoni: A Bio-Bibliography, 1991, New York, Greenwood Press, 410 pages.
  • Theodore Baker et Nicolas Slonimsky (trad. Marie-Stella Pâris, préf. Nicolas Slonimsky), Dictionnaire biographique des musiciens [« Baker's Biographical Dictionary of Musicians »], t. 1 : A-G, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1995 (réimpr. 1905, 1919, 1940, 1958, 1978), 8e éd. (1re éd. 1900), 4 728 p. (ISBN 2-221-06510-7), p. 628

Références

  1. (en)global.britannica.com
  2. (en) rodoni.ch, pdf
  3. (en) arkivmusic.com
  4. (en)pcmsconcerts.org
  5. (en) findagrave.com
  6. (en)thefamouspeople.com
  7. (en)nytimes.com
  8. (en) bach-cantatas.com
  9. (en) allmusic.com
  10. (en) naxos.com

Liens externes

  • Notices d'autorité :
    • Fichier d’autorité international virtuel
    • International Standard Name Identifier
    • Bibliothèque nationale de France (données)
    • Système universitaire de documentation
    • Bibliothèque du Congrès
    • Gemeinsame Normdatei
    • Service bibliothécaire national
    • Bibliothèque nationale de la Diète
    • Bibliothèque nationale d’Espagne
    • Bibliothèque royale des Pays-Bas
    • Bibliothèque nationale d’Israël
    • Bibliothèque universitaire de Pologne
    • WorldCat
  • Ressources relatives aux beaux-arts : Académie des arts de Berlin • AGORHA • National Portrait Gallery
  • Partitions libres de Busoni sur l'International Music Score Library Project
  • (en) Site évolutif sur le compositeur
  • Joseph Willimann, « Ferruccio Busoni » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 14 mars 2003.
Dernière modification de cette page 10.01.2019 21:33:15

Récupérée de Ferruccio Busoni de l'encyclopédie libre Wikipedia. Tous les textes sont disponibles sous les termes de la Licence de documentation libre GNU.