Base de données musicale

Musicien

Brigitte Engerer

Brigitte Engerer

Date de naissance 1952 à Tunis, Tunisie

Date de décès 23.6.2012 à Paris, France

Links www.konzertdirektion.de (Allemand)

Brigitte Engerer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Brigitte Engerer, née à Tunis le 27 octobre 1952 et morte à Paris le 23 juin 2012[1], est une pianiste française.

Biographie

Ayant commencé la musique à cinq ans, elle entre au Conservatoire de Paris dans la classe de Lucette Descaves. Elle y obtient en 1968 à 15 ans, un premier prix de piano, première nommée à l'unanimité[2]. En 1969, elle est lauréate (sixième place) du Concours international Marguerite Long-Jacques Thibaud à la suite duquel elle est invitée pour se perfectionner au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou, où elle rejoint la classe de Stanislas Neuhaus, fils d'Heinrich Neuhaus. Elle y restera 9 ans.

À 17 ans, cette native de Tunis quitte Paris à l’invitation du Conservatoire de Moscou et part étudier en URSS. D'après Stanislas Neuhaus qui a été son professeur pendant cinq ans : « Brigitte Engerer est l’une des pianistes les plus brillantes et les plus originales de sa génération. Son jeu se caractérise par son sens artistique, son esprit romantique, son ampleur, la perfection de sa technique, ainsi que par une science innée d’établir le contact avec l’auditoire »[3].

À l’âge de 25 ans, elle est invitée par Herbert von Karajan à jouer avec l’Orchestre philharmonique de Berlin puis à participer aux fêtes du centenaire de l’orchestre[4] (elle dit : « C'était alors le meilleur orchestre du monde »). Par la suite, elle fera ses débuts avec l’Orchestre de Paris sous la baguette de Daniel Barenboim, puis avec le New York Philharmonic Orchestra sous la direction de Zubin Mehta.

À partir de 1992, Brigitte Engerer enseigne au Conservatoire de Paris. Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur, commandeur de l'ordre national du Mérite, commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres, elle reçoit en 2011 une Victoire de la Musique récompensant l'ensemble de sa carrière[5].

Le 12 juin 2012, au Théâtre des Champs-Élysées, Brigitte Engerer interprète avec l'Orchestre de chambre de Paris le concerto de Schumann. Ce qui fut son dernier concert lui permit de délivrer un ultime message à son public. L'audition eut lieu dans la salle même où, cinquante ans plus tôt, elle avait donné son premier concert à l'âge de 9 ans[6].

Elle s'éteint le 23 juin 2012 à Paris des suites d'un cancer contre lequel elle luttait depuis plusieurs années. Elle est inhumée au cimetière du Montparnasse à Paris, dans la 11e division.

Un hommage lui est rendu lors du festival international de la Roque-d'Anthéron, le 31 juillet suivant, dans un concert donné par l'Orchestre régional de Cannes-Provence-Alpes-Côte d’Azur, sous la direction de Philippe Bender, et deux pianistes invités : Anne Queffélec, jouant le concerto no 1 de Chopin, et Boris Berezovsky interprétant le 1er concerto de Tchaïkovsky[7].

Citation

« I need the transparency of the French piano — and, more important, the rationality of French philosophy. But I needed some of the Russian craziness in my playing. I still do. » (J'ai besoin de la transparence du piano français - et, plus encore, de la rationalité de la philosophie française. Mais j'avais aussi besoin de la folie russe dans mon jeu. J'en ai encore besoin.)

Vie privée

En 1985, elle a épousé l'écrivain Yann Queffélec, frère de la pianiste Anne Queffélec, avec qui elle a eu une fille, Léonore. Elle a été mariée ensuite à Xavier Fourteau, père de son fils Harold, né en 1994.

Discographie sélective

  • Concerto no 1 de Tchaïkovski et le Concerto en la mineur de Schumann avec le Royal Philharmonic Orchestra de Londres sous la direction d'Emmanuel Krivine
  • L'intégrale des Nocturnes de Frédéric Chopin
  • Les Tableaux d'une exposition de Moussorgsky (Harmonia Mundi)
  • Sonates de Beethoven, Grieg et Schumann avec Olivier Charlier
  • Œuvre pour deux pianos et piano à quatre mains de Rachmaninov avec Oleg Maisenberg
  • Un requiem allemand de Brahms en version pour 2 pianos et chœur (version de Londres) avec Boris Berezovsky et le Chœur Accentus dirigé par Laurence Equilbey
  • Le Carnaval et les Scènes d'enfants de Schumann
  • Les concertos de Clara et Robert Schuman avec l'Orchestre régional de Cannes-Provence-Alpes-Côte d’Azur sous la direction de Philippe Bender
  • L'œuvre pour violoncelle et piano de Chopin avec Henri Demarquette
  • Œuvres de Louise Farrenc (Naive)
  • Souvenirs d'enfance, Musique russe, texte de Yann Queffélec ("Choc" du Monde de la Musique)(2007, Mirare)
  • L'Invitation au voyage (musique française) avec Henri Demarquette ("Choc" du Monde de la Musique)
  • Sonate pour alto et piano de Chostakovitch avec Gérard Caussé (Mirare)
  • Le Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns avec l'Ensemble orchestral de Paris (Mirare)
  • Les concertos pour piano n° 2 et n° 5 du même compositeur avec l'Ensemble orchestral de Paris (Mirare)

Filmographie

  • Des images de Brigitte Engerer apparaissent à plusieurs reprises dans le film Je te mangerais de Sophie Laloy (sorti le 11 mars 2009), dans lequel elle est admirée par Marie, le principal personnage[8]. Elle est également l'interprète des pièces classiques pour piano utilisées dans le film.
  • Benjamin Bleton, « Brigitte Engerer intime », documentaire France 2, 2012, 55 minutes, diffusé sur France 2 le 26 novembre 2012

Prix internationaux et distinctions

  • Concours international Marguerite-Long-Jacques-Thibaud
  • Concours international Tchaïkovski à Moscou
  • Concours musical international Reine-Élisabeth-de-Belgique, 1978, 3e lauréate
  • Grand prix du disque pour son enregistrement chez Philips du Carnaval op. 9 et du Carnaval de Vienne de Robert Schumann
  • Membre correspondant de l'Institut de France, Académie des Beaux-Arts
  • Victoire d'honneur pour l'ensemble de sa carrière, aux Victoires de la musique classique 2011

Décorations

  • Chevalier de la Légion d'honneur
  • Commandeur de l'ordre national du Mérite[9]
  • Commandeur des Arts et des Lettres

Notes et références

  1. « Décès de la pianiste française Brigitte Engerer », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ 23 juin 2012 (lire en ligne)
  2. [1]
  3. La pianiste Brigitte Engerer est morte Le Monde, 25 juin 2012
  4. [2]
  5. Brigitte Engerer est morte Qobuz, 25 juin 2012
  6. La pianiste Brigitte Engerer est morte Le Point, 23 juin 2012
  7. Aurore Busser, « L'hommage de l'Orcpaca et Bender à Brigitte Engerer », dans Nice-Matin, 7 août 2012
  8. (en) Brigitte Engerer sur l’Internet Movie Database
  9. Décret du 13 mai 2011 portant promotion et élévation

Voir aussi

Liens externes

Dernière modification de cette page 01.02.2019 08:49:35

Récupérée de Brigitte Engerer de l'encyclopédie libre Wikipedia. Tous les textes sont disponibles sous les termes de la Licence de documentation libre GNU.