Base de données musicale

Musicien

Heinrich Ignaz Franz von Biber

Date de naissance 12.8.1644 à Wartenberg (Stráž pod Ralskem), Böhmen, Tchéquie

Date de décès 3.5.1704 à Salzburg, Salzburg, Autriche

Heinrich Biber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Heinrich Ignaz Franz Biber né le 12 août 1644 à Wartenberg (aujourd'hui Stráž pod Ralskem, en République tchèque), mort le 3 mai 1704 à Salzbourg, est un violoniste et compositeur baroque austro-tchèque.

Biographie

Heinrich Biber naît en Bohème, à Wartenberg au Nord de Prague, et est baptisé le 12 août 1644[1]. Il reçoit sa formation musicale du compositeur et maître de chapelle autrichien Johann Heinrich Schmelzer. Biber occupe des postes à Olmütz et Kremsier, en Moravie, avant d'être nommé lui-même maître de chapelle, auprès du prince-évêque de Salzbourg, en 1684. Violoniste virtuose, Biber est aussi un compositeur émérite, capable de créer toutes sortes d'œuvres musicales. Pour ses mérites de violoniste et de compositeur, il est anobli par l'empereur Léopold Ier et peut donc s'appeler « Biber von Bibern ».

Son fils, le compositeur Carl Heinrich Biber (1681-1749), lui succéda au poste de maître de chapelle, à Salzbourg.

Technique

Dans certaines de ses œuvres, Heinrich Biber utilise la scordatura, une technique de jeu « désaccordé ». On diminue, ou on augmente, la tension d'une ou plusieurs cordes de l'instrument, afin de créer l'illusion d'un instrument utilisant des accords différents. Cette manière d'accorder le violon permit de jouer avec des instruments baroques, comme avec des instruments modernes, mais avec une technique qui sera développée plus tard, au XIXe siècle, sur deux, trois ou quatre cordes. Cette technique donne des effets sonores insolites[2], effets recherchés pour donner un caractère particulier à une œuvre. Aucun autre violoniste avant lui n'avait autant utilisé le jeu sur deux ou trois cordes simultanément. Ainsi, il parvenait à jouer en septième position sans effort, une technique que Arcangelo Corelli considérait encore à cette époque comme impossible.

Les sonates des Mystères (Sonates du Rosaire), dans lesquelles on trouve 15 façons différentes d'accorder le violon, constituent un bel exemple de cette technique.

Œuvre

  • Deux Requiem ( en fa et en la)
  • Deux opéras (dont Arminio)
  • De nombreuses cantates
  • Missa Sancti Henrici
  • Missa Salisburgensis
  • Missa Bruxellensis
  • Missa Christi resurgentis
  • Sérénade à 5 Der Nachtwächter (« Le veilleur de nuit »)
  • Sonata « La Battalia »
  • Mensa Sonora, musique de table pour deux violons, alto et basse continue
  • 12 sonates « Sonatae tam aris quam aulis servientes » pour six à huit instruments
  • 12 sonates « Fidicinium sacroprofanum »
  • 12 sonates « Harmonia artificioso-ariosa »
  • Des musiques pour usages divers comme « Die liederliche Gesellschaft von allerley Humor »
  • La Sonata representativa dans laquelle sont imitées des voix d'animaux.
  • 15 Sonates du Rosaire (Rosenkranzsonaten, 1678), toutes (sauf la première) pour violon accordé différemment. Voir plus haut, l'accord (scordature) du violon pour ces sonates. Une passacaille pour violon seul, clôt le cycle.
  • Huit Sonates pour violon (1681).

Voir aussi

Bibliographie

  • Arrey von Dommer, Biber von Bibern, Franz von. dans Allgemeine Deutsche Biographie, t.2, Duncker & Humblot, Leipzig, 1875 (p. 610).
  • Georg Reichert, Biber von Bibern, Franz von. dans Neue Deutsche Biographie, t.2, Duncker & Humblot, Berlin, 1955.
  • (en) Elias Dann et Jiří Sehnal, The New Grove Dictionary of Music and Musicians (édité par Stanley Sadie) : Biber, Heinrich Ignaz Franz von, Londres, Macmillan,‎ seconde édition, 29 vols. 2001, 25000 p. (ISBN 9780195170672, lire en ligne)

Références

  1. Grove 2001
  2. (fr) Sylvie Bouissou, Christian Goubault, Jean-Yves Bosseur, Histoire de la Notation, de l'époque baroque à nos jours, Ed. Minerve 2005 (ISBN 2-86931-112-5)

Articles connexes

  • Liste des violonistes.

Liens externes

Dernière modification de cette page 16.03.2016 16:15:28

Récupérée de Heinrich Biber de l'encyclopédie libre Wikipedia. Tous les textes sont disponibles sous les termes de la Licence de documentation libre GNU.