Base de données musicale

Musicien

Alfred Brendel

Alfred Brendel

Date de naissance 5.1.1931 à Wiesenberg, Nordmähren, Tchéquie

Links www.alfredbrendel.com (Anglais)

Alfred Brendel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alfred Brendel, né le 5 janvier 1931 à Wiesenberg en Moravie (actuellement en République tchèque), est un pianiste autrichien. Il est également poète et essayiste. Si son répertoire est large, de Bach à Schönberg, il est considéré comme l'un des plus grands interprètes au piano de l'art musical classique et romantique, avec une élection particulière pour Beethoven et Schubert.

Biographie

Jeunesse

Brendel est issu d'une famille allemande de Moravie. Son père est ingénieur et homme d'affaires. À Zagreb il est directeur d'une salle de cinéma. Brendel commence le piano à six ans (1937), à Zagreb avec Sofia Dezelic (née en 1911), puis au conservatoire de Graz, avec Ludovica von Kaan (1943 à 1947), une élève de Bernhard Stavenhagen, tout en prenant des leçons de composition avec Arthur Michl.

Le jeune homme se consacre aussi à la peinture, à la poésie et à la composition. Il considère l'écriture comme une seconde carrière.

Carrière

Il donne son premier récital lorsqu'il a dix-sept ans à Graz (1948), avec des œuvres de Bach, Brahms et Liszt. Il poursuit sa formation par les Master classes de Paul Baumgartner et Eduard Steuermann (un élève de Ferruccio Busoni) et l'écoute de disques des grands pianistes, qui ont une grande influence sur lui, tels Artur Schnabel, Alfred Cortot, Wilhelm Kempff ou Edwin Fischer. Il suit les Master classes de ce dernier données à Lucerne en 1949, 1950 et 1954.

En 1949, il remporte le quatrième prix Ferruccio Busoni de Bolzano. Il débute à Londres en 1958 et à New York en 1964 lors d'une tournée américaine. Entre 1958 et 1964, il enregistre pour le label Vox-Turnabout, la quasi-intégrale de l'œuvre pour piano de Beethoven en terminant par les Variations Diabelli en juillet 1964. L'ensemble est couronné par un Grand Prix du disque. Il donne l'intégrale des sonates en concert, à Londres, en 1962.

Sa première au Carnegie Hall a lieu en 1973, peu après la signature de son contrat avec le label Philips pour lequel il enregistre le reste de sa discographie.

Pendant sa carrière il joue avec de nombreux chefs d'orchestre, dont l'un des premiers était Antonio Janigro à Zagreb. Ensuite il travaille notamment avec Bernard Haitink, Simon Rattle, Charles Mackerras et Claudio Abbado. Il a aussi enregistré des lieder de Schubert et Schumann avec Dietrich Fischer-Dieskau et Matthias Goerne.

Après un grand concert donné à Londres, il décide de s'y installer et il y vit encore aujourd'hui.

Il occupe régulièrement les scènes internationales, en récitals ou en concerts avec orchestre.

En 2007, le pianiste virtuose annonce qu'il souhaite prendre sa retraite le 18 décembre 2008, après un concert d'adieux à Vienne.

Distinctions

En 2004, il reçoit le Prix Ernst von Siemens, parfois considéré comme un équivalent pour la musique du prix Nobel.

En 2007, il est récompensé par le prix Une vie en musique - Arthur Rubinstein.

Répertoire

  • Tableaux d'une exposition de Modeste Moussorgski
  • Intégrale des sonates de Beethoven
  • 33 Variations sur une valse de Diabelli de Beethoven
  • Intégrale des concertos pour piano et orchestre de Beethoven
  • Intégrale des sonates de Mozart
  • Intégrale des concertos pour piano et orchestre de Mozart
  • Sonates pour piano de Joseph Haydn
  • Intégrale des sonates de Schubert
  • Impromptus de Schubert
  • Moments musicaux de Schubert
  • Variations sérieuses op. 54 de Mendelssohn
  • Les Années de pèlerinage de Liszt
  • Sonate en si mineur de Liszt
  • Études symphoniques op. 13 de Schumann
  • Kreisleriana de Schumann
  • Concerto pour piano et orchestre de Schumann
  • Islamey de Balakirev
  • Concerto pour piano no 5 de Sergei Prokofiev
  • Concerto pour piano no 1 de Béla Bartók
  • Concerto pour piano et orchestre de Schoenberg

Discographie

Alfred Brendel a enregistré de nombreux disques pour Vox, Turnabout, Vanguard et Philips après 1972. Il a également été sélectionné pour les prestigieuses anthologies de pianistes de Steinway & Sons : Steinway Legends.

Ouvrages

  • Alfred Brendel (trad. Ernst-François et Rose-Marie Podlesnigg), Musique côté cour côté jardin, Paris, Buchet/Chastel, coll. « Collection Musique », 1994, 283 p. (ISBN 2702015980, OCLC 31718577, notice BnF no FRBNF35697679)
    Traduction de Music sounded out
  • Alfred Brendel (trad. Dominique Miermont et Brigitte Vergne), Réflexions faites, Paris, Buchet/Chastel, coll. « Collection Musique », 1977, éd. rév. 2011, 238 p. (ISBN 22830-25303, OCLC 800473540)
    Traduction de Nachdenken über Musik
  • Alfred Brendel (trad. Olivier Mannoni), Poèmes, Paris, Christian Bourgois [1], 2001, 298 p. (ISBN 2-267-01577-3, OCLC 48833013, notice BnF no FRBNF37221893)
    "Du bout du doigt", trad. de : Fingerzeig ; "Un rire incongru au moment de dire oui", trad. de : Störendes Lachen während des Jaworts ; "Petits diables", trad. de : Kleine Teufel
  • Alfred Brendel (trad. Olivier Mannoni), Le voile de l'ordre : entretiens avec Martin Meyer, Paris, Christian Bourgois, 2002, 335 p. (ISBN 22670-16427, OCLC 52793782, notice BnF no FRBNF38902193)
    Traduction de Ausgerechnet ich : Gespräche mit Martin Meyer
  • Alfred Brendel (trad. Olivier Mannoni), Une aile blanche et l'autre noire, Paris, Christian Bourgois, 2005, 543 p. (ISBN 22670-17938, OCLC 180896311)
    Texte allemand et traduction de Spiegelbild und schwarzer Spuk
  • Alfred Brendel et Gottfried Wiegand (dessins) (trad. Olivier Mannoni), L'abécédaire d'un pianiste : un livre pour les amoureux du piano, Paris, Christian Bourgois, 2014, 153 p. (ISBN 22670-2697X, OCLC 894404338, notice BnF no FRBNF43898499)
    Traduction de A bis Z eines Pianisten : ein Lesebuch für Klavierliebende

Filmographie

Il est entré en scène dans le film Pianomania, un documentaire germano-autrichien des réalisateurs Robert Cibis et Lilian Franck. Des premières de ce film, qui fait partie du catalogue de Goethe-Institut, ont été présentées dans plusieurs pays du monde.

Le cinéaste Mark Kidel consacre trois films-documentaires à Alfred Brendel : Alfred Brendel: Man and Mask (75 min), Brendel In Performance, 2000 (50 min) et Alfred Brendel on Music: Three Lectures, 2011 (225 min). En 2010, il illustre la transmission des savoirs entre le maître et son élève-virtuose, Kit Armstrong, par un documentaire de 70 minutes, tourné au domicile londonien du pianiste autrichien : Set the Piano Stool on Fire.

Chantal Akerman lui consacre un documentaire en 1989 intitulé Les Trois Dernières Sonates de Franz Schubert.

Notes et références

Liens externes

Dernière modification de cette page 20.08.2018 14:03:13

Récupérée de Alfred Brendel de l'encyclopédie libre Wikipedia. Tous les textes sont disponibles sous les termes de la Licence de documentation libre GNU.