Base de données musicale

Musicien

Edward Elgar

Edward Elgar

Date de naissance 2.6.1857 à Broadheath near Worcester, Grande-Bretagne

Date de décès 23.2.1934 à Worcester, Grande-Bretagne

Links www.elgar.org (Anglais)

Edward Elgar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sir Edward Elgar (né à Lower Broadheath, près de Worcester, le 2 juin 1857 – mort à Worcester le 23 février 1934), 1er baronnet Elgar de Broadheath, est un compositeur et chef d'orchestre britannique dont les œuvres sont entrées dans le répertoire classique international. Les Variations Enigma, les marches Pomp and Circumstance, son concerto pour violon, son concerto pour violoncelle et deux symphonies font partie des pièces les plus connues de son répertoire. Il a également composé des œuvres chorales, dont l'oratorio The Dream of Gerontius, des chants et de la musique de chambre. Il est nommé Master of the King's Music en 1924.

Bien qu'Elgar soit souvent considéré comme un compositeur anglais typique, la plupart des musiques l'ayant influencé proviennent de l’Europe continentale. Il se décrit comme un « outsider », non seulement musicalement mais également socialement. Dans les milieux musicaux dominés par les universitaires, il est reconnu comme un compositeur autodidacte. Il est aussi considéré avec méfiance en raison de sa foi catholique romaine. Dans la classe aisée de l’Angleterre victorienne et édouardienne, il est gêné par ses origines humbles, même lorsque son talent eut été reconnu et qu'il épousa la fille d'un officier supérieur de l'armée britannique. Non seulement sa femme est une source d'inspiration pour sa musique, mais elle l'introduit également dans les milieux aisés, ce qui assure sa future notoriété. Ainsi, il lutte pour connaître le succès jusqu'à ses quarante ans ; à partir de ce moment, et après une série de succès modérés, il devient populaire au Royaume-Uni et à l'étranger pour ses Variations Enigma (1899). Son œuvre suivante The Dream of Gerontius (1900), un oratorio fondé sur un texte catholique, cause quelques inquiétudes dans les milieux anglicans mais devient malgré tout une pièce maîtresse du répertoire britannique. Ses autres œuvres chorales religieuses n'atteignent pas le succès du Dream of Gerontius.

Dans sa cinquantaine, Elgar compose une symphonie et un concerto pour violon qui rencontrent un grand succès. En revanche, sa seconde symphonie et son concerto pour violoncelle attendent plusieurs années avant d'être reconnus. La musique d'Elgar, dans ses dernières années, devient attrayante pour le public britannique. Elle est peu jouée dans la période qui suit la mort du compositeur. Mais elle revit de manière significative dans les années 1960, aidée par de nouveaux enregistrements de ses œuvres. Ces dernières années, certaines pièces ont été jouées dans le monde entier, mais son œuvre demeure plus jouée au Royaume-Uni que dans les autres pays.

Elgar est le premier compositeur à prendre le disque phonographique au sérieux. Entre 1914 et 1925, il dirige une série d'enregistrements de ses œuvres. L'arrivée du microphone en 1925 rend plus précise la reproduction du son et Elgar réenregistre la plus grande partie de son répertoire orchestral et des extraits du Dream of Gerontius. Ces enregistrements sont réédités sur LP dans les années 1970 et sur CD dans les années 1990.

Biographie

Enfance et débuts

Edward Elgar naît dans le petit village de Lower Broadheath, près de Worcester, en Angleterre. Son père, William Henry Elgar (1821 — 1906), a été élevé à Douvres et a été apprenti chez un éditeur de musique à Londres. En 1841, William déménage à Worcester où il travaille en tant qu'accordeur de piano et il ouvre un magasin de partitions et d'instruments de musique[1]. Il se marie en 1848 avec Ann Greening (1822 — 1902), fille d'un agriculteur[2]. Edward est le quatrième d'une fratrie de sept enfants[n 1]. Ann Elgar se convertit au catholicisme peu de temps après la naissance d'Edward qui est baptisé et élevé dans la foi catholique, ce que son père désapprouve[n 2]. William Elgar est un violoniste de niveau professionnel et obtient le poste d'organiste à l'église catholique St. George de Worcester, de 1846 à 1885. À son instigation, les messes de Cherubini et Hummel sont jouées pour la première fois au Three Choirs Festival par l'orchestre où il joue du violon[5]. Tous les enfants Elgar reçoivent une éducation musicale et Edward sera toute sa vie autodidacte. À l'âge de huit ans, Edward prend des leçons de violon et de piano. Son père, qui accorde des pianos dans de grandes maisons du Worcestershire, l'emmène parfois avec lui pour qu'il montre ses talents aux personnalités locales[1].

La mère d'Elgar s’intéresse à l'art et pousse Edward à développer ses talents musicaux[2]. Il hérite d'elle son discernement pour la littérature et son amour de la campagne[6]. Son ami et biographe W. H. Billy Reed écrit que l'entourage d'Elgar jeune a une influence sur lui qui « transparait dans tout son travail et qui donne à sa vie entière cette subtile mais néanmoins vraie et robuste qualité anglaise[7],[n 3]. » Il commence à composer jeune ; il compose, pour une pièce de théâtre écrite et jouée par les enfants Elgar alors qu'il a une dizaine d'années, une musique qu'il arrangera et orchestrera quarante ans plus tard et qu'il nommera The Wand of Youth[2].

Jusqu'à l'âge de quinze ans, Elgar reçoit une éducation généraliste à Littleton (maintenant Lyttleton)[n 4], près de Worcester. Ses seules études musicales plus formelles en dehors des leçons de violon et de piano par des professeurs locaux sont des cours de violon donnés par Adolf Pollitzer durant de brèves visites à Londres en 1877–78. Elgar dit : « la musique m'a été enseignée pour la première fois dans la cathédrale de Worcester […] par des livres que j'ai empruntés à la bibliothèque musicale alors que j'avais sept, huit ou neuf ans[10]. » Il travaille l'orgue avec des manuels et il lit tous les livres de théorie musicale qu'il peut trouver[5]. Il dit plus tard qu'il a surtout été aidé par les articles d'Hubert Parry dans le Grove Dictionary of Music and Musicians[11]. Elgar commence à apprendre l'allemand avec l'espoir d'entrer au conservatoire de Leipzig mais son père n'a pas les moyens de l'y envoyer. Des années plus tard, un commentaire dans The Musical Times considère que cet échec d'aller à Leipzig a été heureux pour le développement musical d'Elgar : « Ainsi le compositeur naissant a échappé au dogmatisme des écoles[5]. » Cependant cette impossibilité d'aller à Leipzig est une déception pour Elgar à sa sortie de l'école en 1872 et il rentre dans le bureau d'un avocat local comme clerc. Cette carrière d'avoué voulue par ses parents ne l'enchante guère, et il persuade ses parents que cette carrière n'est pas faite pour lui. Il s’épanouit alors non seulement avec la musique mais également avec la littérature, devenant un lecteur vorace[n 5]. À cette époque, il fait ses premières apparitions en tant que violoniste et organiste[13].

Après quelques mois, Elgar quitte le cabinet d'avocat, pour commencer une carrière musicale en donnant des leçons de piano et de violon et en travaillant occasionnellement dans la boutique de son père[1]. Il est un membre actif du Glee Club de Worcester avec son père et il accompagne les chanteurs, joue du violon, compose et arrange des morceaux et dirige pour la première fois. Pollitzer pense qu'en tant que violoniste Elgar a le potentiel pour être un des meilleurs solistes du pays[14], mais Elgar lui-même, après avoir entendu des virtuoses lors de concerts à Londres, pense que son jeu violonistique manque de sonorité et abandonne ses ambitions de devenir soliste[1]. À 22 ans il obtient le poste de chef d'orchestre de l'orchestre du personnel de l'asile de Powick, à 5 km de Worcester[5]. L'orchestre est composé de piccolos, flûtes, clarinettes, deux cornets, d'un euphonium, trois ou quatre premiers violons et du même nombre de seconds violon, occasionnellement d'alto, de violoncelle, de contrebasse et de piano[15]. Elgar fait répéter les musiciens, arrange les partitions, y compris des quadrilles et des polkas pour cette combinaison inhabituelle d'instruments. The Musical Times écrit : « Cette expérience pratique s'avère être de la plus grande valeur pour le jeune musicien […] Il acquiert une connaissance pratique des possibilités de ces différents instruments[5]… » Il garde ce poste pendant cinq ans, à partir de 1879, se rendant à Powick une fois par semaine[1]. Il a également été au début de sa carrière professeur de violon au Worcester College pour enfants aveugles de gentlemen[5].

Bien que solitaire et introverti par nature, Elgar prospère dans les cercles musicaux de Worcester[2]. Il joue du violon aux festivals de Worcester et de Birmingham, et le fait de jouer la symphonie no 6 de Dvořák et le Stabat Mater sous la direction du compositeur[16] a été pour lui une grande expérience. Elgar joue régulièrement du basson dans un quintette avec un de ses frères hautboïstes, Frank[5]. Elgar arrange plusieurs morceaux de Mozart, Beethoven, Haydn et autres pour quintette, rodant ainsi ses talents d'arrangeur et de compositeur[5].

Lors de ses premiers voyages à l'étranger, Elgar visite Paris en 1880 et Leipzig en 1882. Il entend Saint-Saëns jouer de l'orgue à l'Église de la Madeleine et écoute les concerts de plusieurs grands orchestres. Il écrit en 1882 : « j'ai eu ma dose de Schumann (mon idéal!), Brahms, Rubinstein et Wagner, je n'ai donc pas à me plaindre[10]. » Il va voir une amie à Leipzig, Helen Weaver qui est étudiante au conservatoire. Ils se fiancent au cours de l'été 1883, mais pour des raisons inconnues les fiançailles sont rompues l'année suivante[1]. Elgar est dans une grande détresse et certaines de ses futures dédicaces énigmatiques pourraient faire référence à Helen et à ses sentiments pour elle.[n 6] En 1887, trois ans après avoir rompu les fiançailles, Elgar compose pour le mariage de Frank Weaver, frère d'Helen et cordonnier de Worcester, un Duo pour trombone et contrebasse.

En 1883, alors qu'il est membre de l'orchestre pour la saison de concert d'hiver de W. C. Stockley à Birmingham, Elgar joue pour la représentation d'une de ses premières œuvres pour orchestre, la Sérénade mauresque. Stockley l'invite à diriger le morceau mais, comme se le rappelle Stockley plus tard, « il refusa et en plus, il insista pour jouer à sa place dans l'orchestre. La conséquence est qu'Elgar doit apparaître le violon à la main pour recevoir les applaudissements du public[17] ». Il va souvent à Londres pour essayer de faire publier sa musique mais durant cette période de sa vie il se trouve souvent découragé et en manque d'argent. Il écrit à un ami en avril 1884, « Mes perspectives sont à peu près aussi désespérées que jamais […] Je ne manque pas d'énergie, donc parfois je pense que cela vient du talent […] Je n'ai pas d'argent, pas un centime[18]. » Pendant plusieurs années il assiste son père, William Elgar, en tant qu'organiste à l'église catholique St George de Worcester, et lui succède pendant quatre ans à partir de 1885. Pendant cette période, il écrit ses premières œuvres liturgiques dans la tradition catholique romaine, commençant avec ses trois motets Op. 2 (1887) pour chœur à quatre parties (Ave Verum Corpus, Ave Maria et Ave Maris Stella), suivis d’Ecce sacerdos magnus pour l'entrée de l'évêque lors d'une visite officielle à St. George en 1888 : ces quatre pièces font toujours partie du répertoire du chœur de l'église.

Mariage

Elgar, à l'âge de 29 ans, prend un nouvel élève, Caroline Alice Roberts, fille du Major-General de l'armée des Indes Sir Henry Roberts et auteur de poésie et de fiction. Âgée de huit ans de plus qu'Elgar, Alice devient sa femme trois ans plus tard. Le biographe d'Elgar Michael Kennedy écrit que « la famille d'Alice est horrifiée de son intention de se marier avec un musicien inconnu qui travaille dans une boutique et qui est catholique. Elle est déshéritée[1] ». Ils se marient le 8 mai 1889 à l'Oratoire de Londres[16]. Jusqu'à leur mort, Alice est le manager et la secrétaire d'Elgar, gère ses sautes d'humeurs et s'avère un critique musical perspicace[19],[20]. Elle fait de son mieux pour attirer l'attention de la société influente sur son mari, mais avec un succès limité[21]. Avec le temps, Elgar acceptera les honneurs qui lui sont donnés, réalisant qu'ils importent plus pour sa femme et sa classe sociale et réalisant ce qu'elle a abandonné pour suivre sa carrière[n 7]. Dans son journal, elle écrit « la garde d'un génie est une œuvre suffisante pour remplir la vie d'une femme[23]. » Comme cadeau de fiançailles Elgar dédie sa courte pièce pour violon et piano Salut d'Amour à Alice[n 8]. À l'instigation d'Alice, les Elgar déménagent à Londres pour se rapprocher du centre musical britannique et Elgar commence à consacrer son temps à la composition. Leur seul enfant, Carice Irene, nait dans leur maison de West Kensington le 14 août 1890. Son nom, révélé dans la dédicace de Salut d'Amour, est la contraction des noms de sa mère Caroline et Alice.

Elgar prend le temps de découvrir de nouvelles compositions (ce qui est difficile pour des jeunes compositeurs avant l'arrivée des enregistrements[24]) en allant très souvent aux concerts du Crystal Palace, avec sa femme. Il découvre ainsi la musique de nombreux compositeurs : parmi eux, des maitres de l'orchestration comme Berlioz et Wagner[2].

Ses propres compositions, cependant, ont peu d'impact sur la scène musicale londonienne. August Manns dirige la version orchestrale du Salut d'amour et de la Suite en Ré d'Elgar au Crystal Palace et deux éditeurs acceptent quelques pièces pour violon, pour orgue et des chansons chorales d'Elgar[25]. Quelques opportunités alléchantes semblent être à portée mais disparaissent inexplicablement[25]. Par exemple, une offre du Royal Opera House, Covent Garden de jouer quelques-unes de ses œuvres est retirée au dernier moment lorsque Sir Arthur Sullivan arrive inopinément pour répéter ses propres musiques. Sullivan est plus tard horrifié lorsqu'Elgar lui dit ce qui est arrivé[n 9]. La seule commande importante lors du séjour d'Elgar à Londres vient de sa ville d'origine : le comité du festival de Worcester l’invite à composer une petite œuvre orchestrale pour le Three Choirs Festival de 1890[27]. Le résultat est décrit par Diana McVeagh dans le Grove Dictionary of Music and Musicians comme « sa première œuvre majeure, la et pleine d'assurance ouverture Froissart ». Elgar dirige la première représentation à Worcester en septembre 1890[2]. Par manque de commandes, Elgar est obligé de quitter Londres en 1891 et retourne avec sa femme et sa fille à Worcester où il peut vivre en dirigeant des ensembles musicaux locaux et en enseignant. Ils s'installent dans l'ancienne ville d'Alice, Great Malvern[2].

Une réputation grandissante

Durant les années 1890, la réputation d'Elgar comme compositeur augmente progressivement, principalement pour des œuvres pour le grand festival choral des Midlands. The Black Knight (1892) et King Olaf (1896), tous deux inspirés par des poèmes de Longfellow, ainsi que la Lumière de la Vie (1896) et Caractacus (1898) ont un succès modéré, et Elgar est publié par Novello and Co[28]. Il compose d'autres œuvres durant cette décennie comme la Sérénade pour cordes (1892) et les Trois danses bavaroises (1897). Elgar est suffisamment réputé localement pour qu'il recommande le jeune compositeur Samuel Coleridge-Taylor au Three Choirs Festival ce qui lance la carrière du jeune homme[n 10]. Elgar attire l’attention de critiques éminents mais leurs commentaires sont plus polis qu'enthousiastes. Bien que les festivals le demandent comme compositeur, il accepte ces demandes uniquement dans un but financier et il se sent peu apprécié. En 1898 il dit qu'il « se sent écœuré de la musique » et espère obtenir le succès avec une œuvre plus importante. Son ami August Jaeger essaye de lui remonter le moral : « une journée de déprime… n’enlèvera pas ton désir, ton besoin, qui est d'exercer ces facultés créatrices que la providence t'a données[30]. »

En 1899 cette prédiction se réalise. À l'âge de 42 ans Elgar compose les Variations Enigma dont la première a lieu à Londres sous la direction du chef d'orchestre allemand Hans Richter. Elgar dit lui-même « J'ai esquissé quelques variations à partir d'un thème. Les variations m'ont amusé car je les ai nommées avec les surnoms de certains mes amis… c'est-à-dire que j'ai écrit les variations pour que chacune d'entre elles corresponde à l'humeur d'une personne… et j’ai écrit ce que je pense qu'ils auraient écrit — s'ils étaient assez bêtes pour composer[31] ». Il dédie l’œuvre « à mes amis dépeints à l’intérieur ». La variation la plus connue est probablement Nimrod, qui représente Jaeger. Des considérations purement musicales poussent Elgar à abandonner les variations représentant Arthur Sullivan et Hubert Parry n'ayant pas pu, malgré ses essais, incorporer les styles dans les variations[32]. Cette œuvre est acclamée pour son originalité, son charme et son professionnalisme, et établit Elgar comme compositeur britannique prééminent de sa génération[2].

Les variations sont initialement intitulées Variations sur un thème original, le mot Enigma n'apparait qu'après six mesures. L'énigme est que, bien qu'il y ait quatorze variations sur le thème original, il y a un autre thème global, jamais désigné par Elgar, qui selon le compositeur « parcourt l’œuvre entière » mais n'est jamais entendu[n 11]. Des commentateurs ont observé que bien qu'Elgar soit de nos jours vu comme un compositeur anglais caractéristique, sa musique orchestrale et les variations Enigma en particulier ont plus de points communs avec la musique de l'Europe centrale de l'époque personnifiée par exemple par la musique de Richard Strauss[1],[2]. Les variations Enigma sont bien accueillies en Allemagne et en Italie[34] et font toujours de nos jours partie du répertoire international[n 12].

Succès national et international

Le biographe d'Elgar, Basil Maine, commente « quand Sir Arthur Sullivan meurt en 1900, il devient évident pour beaucoup qu'Elgar, bien que compositeur d'une autre trempe, est son successeur en tant que premier musicien du pays[16]. » L’œuvre suivante d'Elgar est attendue avec impatience[35]. Pour le Festival triennal de musique de Birmingham de 1900, il met en musique le poème du Cardinal John Henry Newman The Dream of Gerontius pour solistes, chœurs et orchestre. Richter dirige la première qui est interprétée par un chœur mal préparé chantant mal[36]. Elgar est très déçu mais les critiques reconnaissent la grandeur de la pièce malgré les défauts de l'interprétation[1]. The Dream of Gerontius est joué à Düsseldorf, en Allemagne, en 1901 et en 1902, dirigé par Julius Buths, qui a aussi dirigé la première européenne des Variations Enigma en 1901. La presse allemande est enthousiaste. La Gazette de Cologne écrit « Dans les deux parties nous rencontrons des beautés impérissables… Elgar est sur les épaules de Berlioz, Wagner et Liszt dont il s'est libéré des influences. Il est l'un des meneurs de l’art musical des temps modernes. » The Düsseldorfer Volksblatt écrit « Une représentation mémorable! Depuis l'époque de Liszt, aucun oratorio n'a été composé… qui atteint la grandeur et l’importance de cette cantate sacrée[37]. » Richard Strauss, alors généralement considéré comme le premier compositeur de cette époque[38], est si impressionné par la présence d'Elgar qu'il propose un toast au succès « du premier musicien progressiste anglais, Meister Elgar[38],[40]. » Des représentations à Vienne, Paris et New York suivent[2],[41] et The Dream of Gerontius devient rapidement autant apprécié au Royaume-Uni. Selon Kennedy « c'est sans aucun doute le plus grand oratorio britannique… [cela] ouvre un nouveau chapitre dans la tradition chorale anglaise et la libère de sa préoccupation Haendélienne[1]. » Elgar, en tant que catholique romain, est très ému par le poème de Newman sur la mort et la rédemption du pêcheur mais quelques membres influents de l’église anglicane ne sont pas d'accord. Son collègue, Charles Villiers Stanford se plaint que cette œuvre « pue l'encens[42] ». Le Dean de Gloucester bannit Géronte de sa cathédrale en 1901, et comme Worcester fait de même l'année suivante, le Doyen demande des expurgations avant d'autoriser la représentation[43].

Elgar est probablement connu principalement pour la première des cinq marches Pomp and Circumstance qui sont composées entre 1901 et 1930[44]. Cette marche est jouée chaque année lors de la diffusion devant des milliers de spectateurs de la dernière nuit de The Proms[45]. Lorsque le thème de la section lente du milieu de la première marche (appelée techniquement trio) est imaginé par Elgar, il dit à son amie Dora Penny, « j'ai une mélodie qui va frapper les esprits[46]. » Lorsque la marche est jouée pour la première fois en 1901 au London Promenade Concert, elle est dirigée par Henry Wood qui décrit plus tard le public comme « criant… la première et unique fois dans l'histoire des Promenade Concerts qu'une œuvre orchestrale reçoit deux rappels[47]. » Pour célébrer le couronnement d'Édouard VII, une commande est faite à Elgar pour mettre en musique la Coronation Ode de A. C. Benson pour un concert de gala au Royal Opera House en juin 1901. Le roi approuve cette commande et Elgar se met au travail. La contralto Clara Butt le persuade que le trio de la première marche Pomp and Circumstance pourrait avoir des paroles correspondant à la musique et Elgar propose à Benson de les écrire. Elgar incorpore la nouvelle version vocale dans l’Ode. Les éditeurs de la partition reconnaissent le potentiel de l’œuvre vocale Land of Hope and Glory et demandent à Benson et Elgar de travailler sur une future version pour publier ce morceau séparément[48]. Ce morceau est très populaire et est maintenant considéré comme l'hymne britannique non officiel[1]. Aux États-Unis, le trio, connu simplement sous le titre Pomp and Circumstance ou The Graduation March a été adopté dès 1905 pour la remise de diplômes de presque tous les lycées et universités[49],[50].

En mars 1904, un festival de trois jours a lieu à Convent Garden sur les œuvres d'Elgar, un honneur jamais donné à aucun compositeur britannique. The Times commente « il y a quatre ou cinq années si quelqu'un avait dit que l’opéra serait plein du sol au plafond pour écouter l'oratorio d'un compositeur anglais, il aurait été considéré comme fou[51]. » Le roi Édouard et la reine Alexandra assistent au premier concert où Richter dirige The Dream of Gerontius[51], et reviennent le lendemain pour le second concert, la première londonienne de The Apostles (la création avait eu lieu l’année précédente au Birmingham Festival)[52]. Le concert final, dirigé par Elgar, est orchestral dans sa première partie, à part un extrait de Caractacus et Sea Pictures dans son intégralité (chanté par by Clara Butt). Les œuvres orchestrales jouées sont Ouverture Froissart, les Variations Enigma, l’Ouverture Cockaigne, les deux premières (et lors du concert les deux seules composées) marches Pomp and Circumstance et la première de In the South (Alassio) inspirée par un voyage en Italie[53].

Dernière modification de cette page 03.02.2019 15:26:09

Récupérée de Edward Elgar de l'encyclopédie libre Wikipedia. Tous les textes sont disponibles sous les termes de la Licence de documentation libre GNU.